Liste d'aptitude pour corps des agrégés


Mise en ligne le 18 mars 2015

Déclaration liminaire CAPA du 18 mars 2015

Cette première CAPA pour le corps des Agrégés s’inscrit dans le contexte d’une 6ème année consécutive du gel du point d’indice. L’importance de toute phase de promotion prend donc tout son sens pour nos collègues car perdre du pouvoir d’achat revient à baisser indirectement son salaire.

D’autre part, des missions auparavant attribuées à des professeurs agrégés, coordinations disciplinaires, coordination de niveau d’enseignement, heures de labo, heures de vaisselles, …, étaient rétribuées sous forme d’HSA ou de décharge. Elles seront maintenant rétribuées en IMP, dont le taux de base vient d’être fixé par l’administration à 1250€ (se substituant à 72 HSE). Ce qui est maintenant inférieur pour les professeurs agrégés au taux perçu auparavant pour ces mêmes HSE. Et ce taux n’est même pas indexé sur le point d’indice, ce qui serait dommageable s’il devait être dégelé !

Ceci n’est ni plus ni moins qu’une baisse de salaire directe que seul le ministère de Claude Allègre s’était autorisé à faire en baissant le historiquement le taux des HSA en 1998.

Ainsi, depuis de nombreuses années, nos salaires ne font que baisser. La perte du pouvoir d’achat est estimée à 30% depuis 2001. Pendant ce temps se sont succédées plusieurs nouvelles primes pour nos cadres, chefs d’établissement, recteurs, alors que nos jeunes collègues certifiés et professeurs d’EPS démarrent dans la carrière à 1.18 fois le SMIC. En 1990 la carrière démarrait à 2 fois le smic. Il ne faut donc pas s’étonner de voir une baisse régulière du nombre de candidats pour les concours de recrutement.

Il ne faut pas s’étonner non plus de voir une augmentation régulière du nombre de dossiers de candidature pour l’accès au corps des agrégés. 91 en 2013, 124 en 2014, 129 en 2015 dans notre académie.

Nous constatons que de très nombreux dossiers sont déposés par des collègues certifiés à la classe normale (28, représentant 22% des candidatures). C’est également le cas pour un nombre important de collègues certifiés à la Hors classe et n’ayant pas atteint le dernier échelon, alors que la circulaire nationale indique clairement que cette promotion doit s’intéresser prioritairement aux collègues ayant terminé leur carrière dans leur corps d’origine. Ces collègues à la carrière non achevée représentent près de la moitié des dossiers (47.3% avec 61 candidatures). Parmi eux d’ailleurs, 22 professeurs ont plus de 4 années de non inspection, et donc ont bien raison d’être soucieux de l’avancée de leur carrière.

Sachant que l’admissibilité et la bi-admissibilité au concours est un des critères attestant d’une volonté de se former et d’obtenir l’agrégation, vous noterez qu’un seul des 28 collègues de classe normale présentant un dossier de promotion, a été « admissible » au concours de l’agrégation. Ces collègues ont ils pu préparer l’agrégation dans les meilleures conditions, existe-t-il une formation suffisante pour ce concours? N’y a t-il pas d’inégalités entre certaines disciplines? Les congés de formation sont-ils suffisants (12 ETP pour 4500 professeurs)? Les moyens de remplacement pour faciliter ces mises en congés (212 TZR pour 4500 professeurs) sont-ils suffisants dans notre académie qui perd encore cette année 31 postes?

Non !

Ces remarques et constats ne peuvent que nous amener à réclamer une autre politique salariale au niveau national, et à vous demander, monsieur le recteur, d’être vigilant pour permettre aux collègues d’améliorer le déroulement des carrières pour tous dans toute opération d’avancement.

Nous demandons que les inspections soient plus nombreuses et surtout davantage orientées vers les collègues en retard significatif d’inspection. Nous demandons que les collègues souhaitant obtenir une décharge pour les missions particulières et lourdes réalisées dans les établissements puissent l’obtenir en décharge, d’une ou deux HSA, en lieu et place d’IMP, comme le décret du 22 août 2014 le permet. Même si toute demande allant dans ce sens doit être présentée au CA de l’établissement, c’est vous M. le recteur qui déciderez de cette attribution. Nous continuerons à porter ces revendications salariales lors de la CAPA examinant le passage à la hors classe, et nous espérons qu’aucun collègue ayant atteint le 11ème échelon et 3 années, ne sera écarté de la liste proposée.

Nous demandons qu’il soit mis fin à la suppression des postes dans le secondaire dans notre académie, fragilisée par la faiblesse de son « éducation prioritaire » et qui a bien du mal à améliorer ses résultats et s’écarte de plus en plus des moyens attribués aux autres académies ultramarines partageant les mêmes difficultés et handicaps.


Les élus du SNEP-SNES-FSU



< 1 2