Mutations inter-acad
2014-2015


Mis en ligne le 04 mars 2015

Déclaration liminaire du SNEP-FSU à la FPMN EPS du 4 mars 2015

Le mouvement Inter 2015 est marqué par une hausse sensible du nombre de mutations puisque nousconstatons une augmentation de près de 25% du nombre de demandes (3 663 demandes contre 2 924 l’an dernier). La modification des règles concernant l’éducation prioritaire a clairement participé à l’augmentation des demandes de mutations puisque 650 demandeurs bénéficient cette année d’une bonification relevant de l’éducation prioritaire contre 235 l’an dernier. Nous voyons bien que ces dispositions créent des appels d’air pour quitter ces établissements et ainsi instaurer un turn-over important dans les équipes plutôt qu’à les stabiliser.

Le taux de satisfaction passe de 32,83% de muté-es en 2014 à 53,21% cette année hors « premières affectations ». C’est la démonstration sans appel du poids et du rôle que jouent sur la mobilité les recrutements obtenus en EPS pour lesquels le SNEP-FSU se bat avec constance et opiniâtreté. Nous sommes satisfaits de cette évolution qui se traduit par la baisse de nombreuses barres académiques (21 académies sur 31). Pour couvrir l’ensemble des besoins et pour fluidifier encore le mouvement, le SNEP-FSU revendique une hausse significative des recrutements pour atteindre les 1 500 annuel. Non seulement cela favoriserait la mobilité des personnels, mais aussi et surtout, cela permettrait d’améliorer la situation dans les établissements qui, pour l’heure, sont loin d’une refondation en acte.Les conditions difficiles dans lesquelles s’effectuera la rentrée 2015 sont là pour en témoigner.

Les postes ouverts aux concours sont les mutations de demain et le moyen d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des enseignants. Il faut donc engager ce plan pluriannuel de recrutements. En tout état de cause, la réforme du collège et celle à venir des lycées, ne doivent pas être l’instrument de la réduction des moyens. On regrettera au passage la faiblesse des recrutements aux concours Réservé et Interne qui ne permettent toujours pas d’engager une sortie de la précarité pour de nombreux personnels, pourtant au service de l’école et qui attendent des perspectives.

Par ailleurs, nous rappelons notre souhait de voir évoluer profondément le mouvement pour assurer une mobilité choisie pour l’ensemble des personnels. Il faut mettre fin au mouvement déconcentré en 2 temps source d’injustice et d’angoisse. Injustice, puisque les situations identiques peuvent ne pas être traitées de la même façon dans chaque académie. Cela appelle d’ailleurs à une plus grande vigilance des services déconcentrés sur l’appréciation des pièces justificatives compte tenu des enjeux. Injustice, car les collègues sans situation particulière se trouvent largement discriminés et « distancés » par les priorités légales. 1 an de rapprochement de conjoint avec séparation équivaut à près d’une carrière complète pour un autre collègue.

Angoisse, car le passage de la barre académique ouvre sur une grande inconnue à l’Intra pouvant entraîner de grandes désillusions et impacter fortement des projets professionnels et personnels.

Angoisse renforcée par une communication aussi catastrophique que scandaleuse du ministère sur le projet de mouvement. En effet, chaque année des erreurs sont corrigées, communiquer le projet engendre déception, stress,... Cette disposition est contraire au règlement intérieur, à la fonction du paritarisme et aux rôles des élu-es. Les graves dysfonctionnements qui ont eu lieu cette année doivent conduire le ministère à cesser cette opération tout aussi inutile qu’incompréhensible. C’est également une charge supplémentaire pour les élus paritaires et les personnels du ministère qui se trouvent ainsi fortement sollicités suite à la communication du projet.

En attendant d’être entendus sur nos demandes pour un mouvement national en un seul temps qui garantisse le droit à mutation de chacun-e, nous terminerons en remerciant les services de la DGRH B2-2 avec qui nous avons pu travailler à nouveau dans de bonnes conditions pour préparer ce mouvement 2015.



Les commissaires paritaires nationaux



< 1 2 3